Orizon Photo
 
Identifiez-vous
-


 
Photographes
-
Alain Buu (10)
Dung Vo Trung (27)
Jean-Luc Moreau (35)
Marc Roussel (56)
Patrick Chapuis (5)
 
Langue
-
Change to english
 
Orizon Photo
-
15, rue Dussoubs
75002 Paris, France

+33 (0)1 53 40 78 28

www.orizon-photo.com
contact@orizon-photo.com

 
 
 
LES CONSEQUENCES DE LA POLITIQUE DE L'ENFANT UNIQUE EN CHINE / Enfant unique 62 © Alain Buu
-
 

Enfant unique 62 © Alain Buu

Veuillez vous identifier pour télécharger cette image en Haute définition.

Kunming, Province de Yunnan, 8 juillet 2007.
M.Wanng Weimin et Mme Luo Wuyan ont perdu leur fille Ai Xiaohua (petite fleur). Elle a été kidnappée quatre jours auparavant dans le jardin d'enfants dans le quartier de Fude.La mère colle un avis de recherche en dessous d'une autre avis de avis de recherche concernant un petit garçon.
Plusieurs enfants ont déjà été kidnappés dans ce quartier. Le même jour dans cette même province, une femme organisatrice de kidnapping a été condamnée à mort. Certaines familles n'hésitent pas à acheter un garçon au lieu de concevoir un bébé et de risquer d'avoir une fille, car si le premier enfant est de sexe féminin, ils devront réessayer sans avoir plus d'assurance d'avoir un garçon cette fois, mais avec la certitude par contre de devoir payer une amende conséquente.
Le kidnapping des garçons trouve sa source dans ce marché sordide. Mais, les petits garçons ne sont pas les seuls concernés par ce trafic, les petites filles aussi se font kidnapper pour être vendues aux familles qui recherchent une future épouse pour leur fils.Cette pratique porte un nom: Tong Yang Xi qui sigifie: compagne du fils pour la vie. Le prix pour une petite fille tourne aux alentours de 200 à 500 Ä et pour un petit garçon, quatre fois plus.
Se référant aux appels qu'elle reçoit, l'Association des parents d'enfants disparus (APED) qui réunit des centaines de familles issues de 14 provinces chinoises, estime à 40.000 le nombre d'enfants enlevés par an.
Les mafias sévissent dans ce trafic glauque et opèrent dans les quartiers pauvres car elles savent que leurs habitants, souvent des victimes de l'exode rural, sans argent ni papiers, se heurtent à l'indifférence de la police qui classe leurs plaintes sans suite.



Crédits site Web

Squareline.net & Richard Carlier